Sidebar

Zabbix Summit 2022
Register for Zabbix Summit 2022

4 Passerelle Java

Aperçu

Le support natif pour la surveillance des applications JMX existe sous la forme d'un démon Zabbix appelé "Zabbix Java gateway", disponible depuis Zabbix 2.0. La passerelle Java de Zabbix est un démon écrit en Java. Pour connaître la valeur d'un compteur JMX particulier sur un hôte, le serveur Zabbix interroge la passerelle Java, qui utilise l'API de gestion JMX pour interroger l'application concernée à distance. L'application n'a pas besoin de l’installation d’un logiciel supplémentaire, il suffit de démarrer avec l'option -Dcom.sun.management.jmxremote dans la ligne de commande.

La passerelle Java accepte la connexion entrante du serveur ou du proxy Zabbix et ne peut être utilisée que comme un "proxy passif". Contrairement au proxy Zabbix, il peut également être utilisé depuis le proxy Zabbix (les proxys Zabbix ne peuvent pas être chaînés). L'accès à chaque passerelle Java est configuré directement dans le fichier de configuration du serveur Zabbix ou du proxy, ainsi une seule passerelle Java peut être configurée par serveur Zabbix ou par proxy Zabbix. Si un hôte possède des éléments de type agent JMX et des éléments d'un autre type, seuls les éléments de l'agent JMX sont transmis à la passerelle Java pour être récupérés.

Lorsqu'un élément doit être mis à jour via la passerelle Java, le serveur ou le proxy Zabbix se connecte à la passerelle Java et demande la valeur, la passerelle Java la récupère à son tour et la renvoie au serveur ou au proxy. En tant que tel, la passerelle Java ne garde aucune valeur en cache.

Le serveur ou le proxy Zabbix a un type spécifique de processus qui se connectent à la passerelle Java, contrôlée par l'option StartJavaPollers. En interne, la passerelle Java démarre plusieurs threads, contrôlés par l'option START_POLLERS. Côté serveur, si une connexion prend plus de Timeout secondes, elle sera terminée, néanmoins la passerelle Java peut toujours être occupée à récupérer la valeur du compteur JMX. Pour résoudre ce problème, depuis Zabbix 2.0.15, Zabbix 2.2.10 et Zabbix 2.4.5, il existe l'option TIMEOUT dans la passerelle Java qui permet de définir le délai d'attente pour les opérations réseau JMX.

Le serveur ou le proxy Zabbix essaiera de regrouper autant que possible les requêtes vers une seule cible JMX (affectées par les intervalles d'éléments) et les enverra à la passerelle Java en une seule connexion pour de meilleures performances.

Il est suggéré d'avoir le paramètre StartJavaPollers inférieur ou égal à START_POLLERS, sinon il peut y avoir des situations où aucun thread n'est disponible dans la passerelle Java pour traiter les demandes entrantes.

Les sections suivantes décrivent comment obtenir et exécuter la passerelle Java Zabbix, comment configurer le serveur Zabbix (ou le proxy Zabbix) pour utiliser la passerelle Java Zabbix pour la surveillance JMX et comment configurer les éléments Zabbix dans l'interface graphique Zabbix qui correspondent à des compteurs JMX particuliers.

1 Obtenir la passerelle Java

Il existe deux façons d'obtenir une passerelle Java. L'un consiste à télécharger le package « Java Gateway » du site Web Zabbix et l'autre à compiler la passerelle Java à partir des sources.

1.1 Télécharger depuis le site Web Zabbix

Les packages de la passerelle Java Zabbix (RHEL, Debian, Ubuntu) sont disponibles pour le téléchargement sur http://www.zabbix.com/download.php.

1.2 Compilation depuis les sources

Pour compiler la passerelle Java, vous devez d'abord exécuter le script ./configure avec l'option --enable-java. Il est conseillé de spécifier l'option --prefix pour positionner un chemin d'installation autre que la valeur par défaut /usr/local, car l'installation de la passerelle Java créera une arborescence de répertoires complète, pas seulement un simple exécutable.

$ ./configure --enable-java --prefix=$PREFIX

Pour compiler et packager la passerelle Java dans un fichier JAR, exécutez make. Notez que pour cette étape, vous aurez besoin des exécutables javac et jar dans votre chemin.

$ make

Vous avez maintenant le fichier zabbix-java-gateway-$VERSION.jar dans src/zabbix_java/bin. Si vous êtes à l'aise avec l'exécution de la passerelle Java à partir de src/zabbix_java dans le répertoire de distribution, vous pouvez alors passer aux instructions de configuration et d'exécution de la passerelle Java. Sinon, assurez-vous de disposer de suffisamment de privilèges et exécutez make install.

2 Aperçu des fichiers dans la distribution de la passerelle Java

Peu importe la manière dont vous avez obtenu la passerelle Java, vous devriez avoir une collection de scripts shell, de fichiers JAR et de fichiers de configuration sous $PREFIX/sbin/zabbix_java. Le rôle de ces fichiers est résumé ci-dessous.

bin/zabbix-java-gateway-$VERSION.jar

Le fichier JAR de la passerelle Java.

lib/logback-core-0.9.27.jar
       lib/logback-classic-0.9.27.jar
       lib/slf4j-api-1.6.1.jar
       lib/android-json-4.3_r3.1.jar

Dépendances de la passerelle Java : Logback, SLF4J, et la librairie Android JSON.

lib/logback.xml  
       lib/logback-console.xml

Fichier de configuration du Logback.

shutdown.sh  
       startup.sh

Scripts pratiques pour démarrer et arrêter la passerelle Java.

settings.sh

Fichier de configuration provenant des scripts de démarrage et d'arrêt ci-dessus.

3 Configuration et exécution de la passerelle Java

Par défaut, la passerelle Java écoute sur le port 10052. Si vous envisagez d'exécuter la passerelle Java sur un port différent, vous pouvez le spécifier dans le script settings.sh. Voir la description du fichier de configuration de la passerelle Java pour savoir comment spécifier cette option et d'autres options.

Le port 10052 n'est pas enregistré par l'IANA.

Une fois que vous êtes à l'aise avec les paramètres, vous pouvez démarrer la passerelle Java en exécutant le script de démarrage :

Once you are comfortable with the settings, you can start Java gateway by running the startup script:

$ ./startup.sh

De même, une fois que vous n'avez plus besoin de la passerelle Java, exécutez le script d'arrêt pour l'arrêter :

$ ./shutdown.sh

Notez que, contrairement au serveur ou au proxy, la passerelle Java est légère et n'a pas besoin de base de données.

4 Configuration du serveur pour l'utilisation de la passerelle Java

Maintenant que la passerelle Java est en cours d'exécution, vous devez indiquer au serveur Zabbix où trouver la passerelle Java Zabbix. Ceci est fait en spécifiant les paramètres JavaGateway et JavaGatewayPort dans le fichier de configuration du serveur. Si l'hôte sur lequel l'application JMX s'exécute est surveillé par le proxy Zabbix, vous spécifiez les paramètres de connexion dans le fichier de configuration du proxy à la place du serveur.

JavaGateway=192.168.3.14
       JavaGatewayPort=10052

Par défaut, le serveur ne démarre aucun processus lié à la surveillance JMX. Toutefois, si vous souhaitez l'utiliser, vous devez spécifier le nombre d'instances pré-forkées des pollers Java. Vous faites cela de la même manière que vous spécifiez les pollers et les trappeurs.

StartJavaPollers=5

N'oubliez pas de redémarrer le serveur ou le proxy, une fois que vous avez fini de les configurer.

5 Débogage de la passerelle Java

Dans le cas où il y aurait des problèmes avec la passerelle Java ou que vous voyez un message d'erreur sur un élément dans l’interface utilisateur qui n'est pas assez descriptif, vous pouvez jeter un œil au fichier de logs de la passerelle Java.

Par défaut, la passerelle Java consigne ses activités dans le fichier /tmp/zabbix_java.log avec le niveau de journalisation "info". Parfois, cette information n'est pas suffisante et il y a un besoin d'informations au niveau "debug". Pour augmenter le niveau de journalisation, modifiez le fichier lib/logback.xml et remplacez l'attribut «level» de la balise <root> par "debug" :

<root level="debug">
         <appender-ref ref="FILE" />
       </root>

Notez qu'à la différence du serveur ou du proxy Zabbix, il n'est pas nécessaire de redémarrer la passerelle Java Zabbix après avoir modifié le fichier logback.xml - les changements dans le fichier logback.xml seront automatiquement récupérés. Lorsque vous avez terminé le débogage, vous pouvez remettre le niveau de journalisation à "info".

Si vous souhaitez enregistrer la journalisation dans un fichier différent ou dans un support complètement différent comme un base de données, ajustez le fichier logback.xml pour répondre à vos besoins. Voir le manuel de logback pour plus de détails.

Parfois, à des fins de débogage, il est utile de démarrer la passerelle Java en tant qu'application en mode console plutôt qu'en tant que démon. Pour ce faire, commentez la variable PID_FILE dans settings.sh. Si PID_FILE est omis, le script startup.sh démarre la passerelle Java en tant qu'application en mode console et fait que Logback utilise à la place le fichier lib/logback-console.xml, qui non seulement se connecte à la console, mais possède également un niveau de journalisation à "debug" activé.

Enfin, notez que puisque la passerelle Java utilise SLF4J pour la journalisation, vous pouvez remplacer Logback avec le framework de votre choix en plaçant un fichier JAR approprié dans le répertoire lib. Voir le manuel de SLF4J pour plus de détails.